Appel à communication JE « Critiques de la démocratie, autoritarismes, populismes en Europe: quelles continuités et ruptures entre l’entre-deux-guerres et aujourd’hui? »

Institut historique allemand, Paris, 14‒15 mars 2019

30 septembre 2018: Date limite d’envoi des propositions
Fin octobre 2018: Annonce des communications sélectionnées

Face au sentiment de »crise« de la démocratie de ces dernières années, amplifié par la montée des mouvements populistes, la comparaison avec l’entre-deux-guerres est récurrente dans le débat politique de nombreux pays européens1. Est-elle pour autant pertinente pour comprendre les enjeux démocratiques spécifiques aux deux périodes? Tel est le point de départ de la journée d’étude inaugurant le Programme formation recherche « Quelle(s) démocratie(s)? Réflexions sur la crise, la modernisation et les limites de la démocratie en Allemagne, en France, en Angleterre et en Europe centrale entre 1919 et 1939 » soutenu par le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA). La journée d’études, qui se conclura par une table-ronde interdisciplinaire interrogeant le concept de populisme dans une perspective historique, vise à discuter de la comparabilité du contexte politique actuel avec celui de l’entre-deux-guerres et des avantages heuristiques que cette analogie peut offrir à l’analyse historique. Les communications pourront s’articuler autour des axes suivants:

Permanence des phénomènes et des concepts
 Critiques de la démocratie représentative: Quels échos des débats de l’entre-deux-guerres retrouve-t-on dans les critiques actuelles de la démocratie représentative?
 Autoritarismes d’hier et d’aujourd’hui: La comparaison avec l’entre-deux-guerres pour comprendre les tentations autoritaires contemporaines est-elle pertinente?
 » Nouveauté« des populismes contemporains? Le concept de populisme peut-il aider à comparer l’opposition du »peuple« et des »élites«, récurrente dans les deux périodes?
Pertinence et instrumentalisations de la comparaison historique et géographique
 Vertus de la comparaison en histoire et sciences sociales: A quelles conditions une comparaison entre démocraties de différentes périodes est-elle pertinente pour en saisir les enjeux?
 Instrumentalisations politiques des comparaisons historiques: Comment comprendre la récurrence des références aux années 1930 dans le débat européen contemporain? Quels positionnements vis-à-vis de la situation politique actuelle viennent-elles appuyer?
Les propositions pourront présenter des études de cas portant sur un ou plusieurs pays (de préférence l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Pologne ou l’ancienne Tchécoslovaquie) ou encore apporter une réflexion méthodologique ou épistémologique à la question de la comparabilité. Les propositions de jeunes chercheuses et chercheurs sont particulièrement les bienvenues. Les langues de travail seront le français, l’allemand et l’anglais.
Les propositions de communication (titre, résumé, courte biographie) d’une page maximum (ou 3000 signes) sont à envoyer d’ici le 30 septembre 2018 à l’adresse critiquedemocratie@dhi-paris.fr. La sélection des communications sera communiquée au plus tard fin octobre. Le cas échéant, les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge sous réserve de financements.

1 Voir des deux côtés du Rhin: Pascal Blanchard/Farid Abdelouahab, Les années 30: et si l’histoire recommençait? (Paris, Ed. de La Martinière, 2017); Andreas Wirsching/Berthold Kohler/Ulrich Wilhelm (dir.), Weimarer Verhältnisse? Historische Lektionen für unsere Demokratie, (Stuttgart, Reclam, 2018) et Thomas Raithel (dir.), Podium Zeitgeschichte. Wie nah ist uns die Zwischenkriegszeit? Geschichte und Aktualität der demokratischen Staatsgründungen nach dem Ersten Weltkrieg in Deutschland, Österreich, Polen, Litauen und der Tschechoslowakei, Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 66 (2018), 294‒347.

Comité d’organisation

Pascal Fagot, université de Strasbourg
Frauke Hoentzsch, université d’Augsbourg
Christian Jacques, université de Strasbourg
Zoé Kergomard, Institut historique allemand
Annette Lensing, université de Caen
Marcus Llanque, université d’Augsbourg
Reiner Marcowitz, université de Lorraine
Stefan Martens, Institut historique allemand
Thomas Nicklas, université de Reims Champagne-Ardenne
Christian Roques, université de Reims Champagne-Ardenne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search